· 

la violence .. article incriminé du 13/02/17

 Article du 13 février 2017  Sylvie Walter, Josianne Saleh
" La violence c'est vous qui l'utilisez contre ma mère que vous dépouillez et de mon fils dont Walter a mis deux fois en la vie en danger de la façon la plus lâche et la plus abjecte qui soit  " Depuis quatre ans je vois une vieille femme Alzheimer livrée pieds et poings liés à un tuteur qui la massacre etc."
 J'assume parfaitement ces écrits
1° En ce qui cncerne ma mère  je précise que la violence a été exercée contre elle de plusieurs manières
a)  Ma mère ne voulait absolulement pas être mise sous tutelle extérieure et m'avait fait jurer que ça ne lui arriverait jamais. Mes parents considéraient que les tuteurs étaient bien souvent des parasites et  me disaient toujours qu'une de leur hantise était de finir entre leurs mains
b) Ma mère ne voulait absolument pas terminer ses jours en maison de retraite mais chez elle , moi même et mon fils aurions vécu avec elle c'était possible et c'était son souhait
Elle a été maintenue en maison de retraite contre sa volonté la plus formelle et ce alors qu'il y avait beaucoup d'autres solutions possibles mais beaucoup moins juteuses pour la Maison de retraite Orpea de Saint Maur des Fossés à qui mes parents ont rapporté la modique somme de 300.000€ !
De plus  j'avais proposé au Juge des Tutelles  soit de prendre ma mère chez moi à Colombes  la taille de mon appartement le permettait  ou de la mettre dans une maison de retraite d'un standing équivalent à  celle où elle était mais dans le 92 où se trouvait sa famille et non dans le 94, à Saint Maur où elle n'avait aucune attache
 seulement voilà  elle aurait échappé à Madame Walter et à Madame Saleh !

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Daniel Pisters (lundi, 01 octobre 2018 14:56)

    Le cas de ma maman est similaire. La directrice d'un home de standing équivalent mais plus accessible par mon amie et moi a téléphoné au tuteur véreux en invoquant un rapprochement familial, que favoriserait son déplacement dans cette autre maison de repos. Le tuteur a décidé que ""Non. Elle est bien là. Il n'y a pas de raison de l'en changer". Il faut en finir avec cette dictature !
    J'enregistre les plaintes poignantes de ma maman chaque fois que je vais lui rendre visite dans cet enfer où elle est enterrée vive. J’utiliserai ces enregistrements démontrant que le système tue les gens âgés à petit feu sans aucun égard pour leur souffrance et celle de leurs proches.