Le tuteur vole sa protégée.

Article de Vingt minutes. Canton de Vaud. 22 avril 2016 Présenté comme un tuteur modèle, un homme d’affaires est condamné pour avoir pillé le compte en banque de sa pupille."Un tuteur heureux»: c’est ainsi qu’un négociant en matières premières de la Riviera se présentait dans un article de «24 heures», en janvier 2010. «C’est valorisant. Il y a des barrières à ne pas franchir», ajoutait-il. Or, peu après cet entretien où il étalait son «émotion devant le sourire d’une pupille», ce sexagénaire a conscien­cieusement pillé le compte d’une femme, qui est décédée en 2014 à 65 ans Egalement propriétaire d’un immeuble, il a détourné 181 000 fr. pour répondre aux pressions des banques créancières, a-t-il expliqué jeudi au Tribunal de Vevey: «Mes affaires allaient mal. Je n’avais pas de solution.» Le tuteur cachait bien son jeu: il a payé les obsèques et le vin de la verrée qui a suivi. Il a encore remis 12 500 euros au fils de la défunte, mais celui-ci ne s’en est pas contenté: il a vérifié où était passée la somme héritée par sa mère.Il a fini par trouver et par faire péniblement avouer le tuteur. La tâche de celui-ci avait été facilitée, car le fisc n’a jamais eu connaissance de l’existence de ce compte, ni la Justice de paix lors du décès. L’individu indélicat a ainsi pu en disposer en toute discrétion. Au tribunal, il a annoncé qu’il allait tout rembourser, grâce à l’assurance-­vie de son épouse décédée. La Cour l’a finalement condamné jeudi à 15 mois de prison avec un sursis de 3 ans pour abus de confiance qualifié. Extrait de 20 minutes 22 avril Vaud.