Courrier du Collectif SOS Victimes des tutelles aux députés et aux sénateurs

Lettre ouverte aux députés et aux Sénateurs

Collectif SOS VICTIMES  DES  TUTELLES  MAFIEUSES    

Nathalie Guérande

 

 Messieurs les Sénateurs, Messieurs les Députés

 

Nous tenons à attirer votre attention sur le scandale des tutelles" mafieuses".

Vous le savez certainement en France à l'heure actuelle 800.000 personnes sont sous tutelle,

Malheureusement les personnes dites ' protégées ' font trop souvent l'objet de maltraitances de la part de leur tuteur ou de leur curateur : qu'il s'agisse de maltraitances physiques, psychologiques, médicales ou financières, celles -ci sont inacceptables dans un pays qui se prétend civilisé et il est simplement scandaleux de constater que tout ceci se passe dans l'indifférence générale.

La plupart des personnes sous tutelle se plaignent de l'attitude méprisante et arrogante de leur mandataire judiciaire qui a, ne l'oublions pas, tout pouvoir absolument tout pouvoir sur son " protégé " ce qui n'est pas, on s'en doute bien, sans favoriser des dérives  et celles-ci sont hélas nombreuses.

Tout le monde sait mais personne ne parle.

Les actes du tuteur sont supposés être contrôlés par le Juge des Tutelles, qui, chacun le sait, et faute de temps paraît-il, ne contrôle absolument rien.  C'est un secret de polichinelle les comptes de gestion des dits protégés, ne sont dans les faits quasiment jamais contrôlés ni par le Juge, ni par la greffière ( on peut d'ailleurs s'interroger sur leur capacité à exercer ce contrôle, quelle est leur compétence dans le domaine bancaire ou financier ???? _ la Cour des Comptes devrait bien faire un rapport sur ce sujet) et lorsque le " protégé " ou l'un de ses proches parvient à se faire  remettre les Comptes de gestion (c’est d'ailleurs un véritable parcours du combattant pour obtenir communication de ces comptes) et que des anomalies sont constatées, anomalies étant un  euphémisme, la greffière et le Juge sont aux abonnés absents). Et c'est bien souvent au décès du patient que la famille prend conscience des dégâts causés par le tuteur et c'est la catastrophe.

Le mal est fait, il est trop tard pour agir et c'est aux proches de subir les conséquences -parfois dramatiques- des carences et manquements du tuteur.

Les maltraitances en EHPAD  sont également un sujet sensible -quoique tabou-  sur lequel parlementaires seraient bien inspirés de se pencher.

Bref ces maltraitances qu'elles soient physiques, psychologiques ou financières sont intolérables dans un pays qui prétend être le Pays des Droits de l'homme.

  Les plaintes des victimes de ces maltraitances ne sont pas entendues par le mandataire judiciaire, pas plus que par le Juge des Tutelles et Le Procureur de la République lui-même ne daigne pas répondre aux nombreux courriers que lui adressent les victimes de tuteurs malveillants.

Ce scandale a été dénoncé en 2014 par la journaliste Valérie Labrousse dont l'ouvrage ' les Dépossédés'  Editions du Moment, dresse un terrible réquisitoire des professionnels des tutelles.

Mais depuis la parution de ce livre, rien n'a changé, la situation n'a fait qu'empirer.

Ce qui est également inadmissible c'est que bien souvent les victimes, déjà fragilisées par l'âge ou le handicap hésitent à parler par " peur des représailles".  Il est hélas fréquent de lire des courriers de réponses de Juge des Tutelles menaçant la personne qui lui a écrit pour se plaindre de son tuteur de représailles si elle continue à se plaindre !

On va même jusqu'à mettre en garde à vue des personnes qui ont osé porté sur la place publique  l'enfer que le tuteur fait vivre à leur proche " protégé".  Et on se vante d'être le pays des

Droits de l'homme et de la liberté d'expression !  Dans les faits c'est " gare à toi si tu parles, nous avons les moyens de te faire taire".

Les maltraitances en EHPAD  sont également un sujet sensible -quoique tabou-  sur lequel les parlementaires seraient bien inspirés de se pencher.

Non seulement les plaintes des victimes de ces maltraitances ne sont pas entendues par le mandataire judiciaire, pas plus que par le Juge des Tutelles.

Le Procureur de la République lui-même ne daigne pas répondre aux nombreux courriers que lui adressent les victimes de tuteurs malveillants.

 

Nous vous remercions de l'attention que vous voudrez bien porter à notre courrier et sommes bien entendu à votre disposition pour vous apporter plus de témoignages si vous le jugez utile.

 

Respectueusement.

 

L.G  au nom du Collectif SOS VICTIMES DES TUTELLES. 06 89 69 91 51

 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0