Emmanuel Macron candidat

Au candidat à la Présidence Emmanuel Macron : Sans doute avez vous entendu parler du scandale des tutelles puisque vous l'évoquez dans votre programme.Vous semblez conscient du problème des ' tuteurs professionnels ' ces vautours qui ne voient dans leurs protégés que des proies à dépouiller puisque vous dites qu'il faut privilégier les tuteurs familiaux, c'est donc que vous reconnaissez implicitement que les tuteurs professionnels ne sont pas à la hauteur et c'est déjà une bonne chose.Cependant ces recommandations de privilégier les tuteurs familiaux ont déjà été adressées aux juges qui hélas n'en tiennent aucun compte et s'acharnent à désigner des tuteurs professionnels dans un but qui nous paraît à nous très intéressé. En effet et vous ne pouvez l'ignorer ce système qui se dit de protection est en fait un système de prédation :Des personnes vulnérables sont "confiées" à des prédateurs qui les méprisent et les dépouillent en toute impunité. Lisez le rapport de la Cour des Comptes qui dénonce ce scandale et pointe du doigt l'absence de contrôle des tuteurs.Disons le clairement cette absence de contrôle de la part des Juges de tutelles ne s'explique que par l'intérêt financier que trouvent les Juges à ces magouilles infâmes qui ont lieu sur le dos des soi-disant protégés. Les Juges de tutelle menacent de représailles les ' protégés ' qui ont l'audace de se plaindre de leur tuteur ! Et on ose parler de protection ! La vérité c'est que ce sont des tuteurs voleurs qui sont protégés par des Juges complices. Sous l'Occupation les biens des Juifs étaient confisqués avec la complicité des autorités françaises, aujourd'hui ce sont les vulnérables qui sont spoliés avec l'infâme complicité de la dite justice !Alors vos propositions de ' simplifier ' la tutelle nous paraissent aussi hypocrites que ridicules et dérisoires. Si les hommes politiques ont toujours refusé de s'attaquer au problème c'est qu'il y a de gros intérêts financiers derrière les tutelles ! Ils ont toujours cédé au puissant lobby des tutelles ! Dans ces conditions ne vous étonnez pas si la violence éclate un jour et peut être plus tôt que vous ne le pensez. Les gens sont à bout. Quand on ne veut pas qu'ils deviennent fous il ne faut pas les rendre fous.