L'inhumanité des Juges de tutelles

La fonction d'un juge est d'appliquer la Loi, pas de faire de l'humanitaire. Les rapports humains ne sont pas de son ressort. C'est dommage, parce que la « protection » c'est d'abord de la gestion de l'humain avant que celle des contrats. Nier la réalité de l'individu, autant dire le tuer, au prétexte de le protéger, c'est idiot. Car dans mon expérience comme dans celle de la plupart des gens que j'ai entendus s'exprimer sur le sujet, la « protection des adultes vulnérables » semble surtout consister à dépouiller les personnes de leur droit d'exister (et parfois de leurs biens). Peut-on laisser le soin de la protection d'êtres humains à une machine dépourvue de conscience, un vulgaire appareil, tout judiciaire soit-il ?

 Ceci est un extrait du magnifique texte de Philippe Cailleux  intitulé " Ils m'ont suicidé ". 

Dans cet opuscule l'auteur analyse les rouages de cette véritable machine à tuer qu'est aujourd'hui le système tutélaire qu'il compare aux camps de concentration.

 Il explique que les " vulnérables " sont considérés par leurs tuteurs  comme des " sous hommes " et traités par eux comme les nazis  traitaient " les faibles " : en les broyant et en les exterminant. 

Écrire commentaire

Commentaires : 0