· 

Selon ce tuteur, ceux qui dénoncent les abus tutélaires doivent être internés en psychiatrie

L'année

commence bien .

Je lis aujourd'hui, le commentaire que poste un tuteur , sous le pseudo

de « Morsure fatale « sous une de mes vidéos danslaquelle je dénonce certains abus tutélaires.

J'avais fait cette vidéo en 2017 quand François Bayrou avait été nommé

Ministre de la Justice.

J'attirais l'attention du Ministre sur les dérives du système.

Cela n'a pas plu à « Morsure fatale «

Ce tuteur ou cette tutrice s'exprime avec la finesse, l'intelligence, le

tact et l'ouverture d'esprit si caractéristiques des tuteurs.

Voici nos échanges .

Contexte :

la vidéo dans laquelle j'interpellais François Bayrou ministre de

la Justice en 2017 au sujet des abus tutélaires.

 

Commentaire

de « Morsure fatale «

Les

tutelles sont indispensables. Je dirais même qu il faut les etendre

J ai été désigné tuteur de plusieurs personnes irresponsables. Je

peux vous dire qu il est très difficile de gérer des irresponsables

qui ont parfois des Qi d enfants de 7 ans. Attention je ne parle pas

d éperonnes âgées ou Alzheimer’s, non. Je parle de gens qui ont

40 50 ans qui ont une famille et ne savent pas gérer leurs comptes.

Investissent leur argent dans la drogue l alcool plutôt que de

nourrir et vêtir leurs enfants. Ah ça la dame de la vidéo se garde

bien d en parler. Ah oui c est facile de critiquer les tuteurs. Ouh

les vilains tuteurs Quand on voit tous ces irresponsables s endetter,

se mettre en danger ainsi que leurs familles. Il faut même détecter

les irresponsables avant même qu ils commettent l irréparable. Je

veux des tutelles préventives. Il faut dans leur intérêt et

securite qu ils perdent tous leurs droits. Ils n en pas besoin de

droits puisque le tuteur est la pour les représenter Ceux qui

rejettent la tutelle sont des pauvres idiots complètement

irresponsables qui aimeraient encore plus s engouffrer dans leurs

problèmes. Ils mériteraient d être aussi internes en psychiatrie

"Ma réponse

Morsure fatale " qui n'avez même pas le courage de vous

exprimer sous votre véritable identité vous n'avez strictement rien

compris à cette vidéo. Ce n'est pas la tutelle " en soi"

qui est critiquée ici , un enfant de cinq ans sait que la tutelle

est parfois indispensable, ce sont les abus tutélaires qui sont

dénoncés dans cette vidéo. Mais ça, les abus tutélaires , les

tuteurs ne veulent pas en entendre parler , vous êtes, comme la

plupart de vos collègues tuteurs, imbus de votre sentiment de "supériorité " sur vos " protégés " beaucoup

d'entre vous sont négligents, malveillants, arrogants, imbus

d'eux-mêmes et incompétents. Vous êtes détestés il y a des

raisons à cela ! Cette année il y a eu pas mal d'émissions radio

ou télé et plein d'articles dans les journaux qui ont dénoncé les

abus tutélaires . Mais vous ne voulez rien entendre ! Un jour laviolence explosera. Votre phrase ' Il faut dans leur intérêt et

securite qu ils perdent tous leurs droits. Ils n en pas besoin de

droits puisque le tuteur est la pour les représenter " est

absolument ignoble , elle est infecte et vous ne vous en rendez même

pas compte ! Pauvre monsieur. Quant à la dernière phrase de votre

pitoyable et lamentable plaidoyer pro-tutelle elle est d'une

ignominie sans nom, je vous cite " Ceux qui rejettent la tutelle

sont des pauvres idiots complètement irresponsables qui aimeraient

encore plus s engouffrer dans leurs problèmes. Ils mériteraient d

être aussi internes en psychiatrie.

Ma réponse 

1° Vous n'avez rien compris à cette vidéo qui ne remet pas la

tutelle en cause mais les abus tutélaires, vous qui traitez les gens

d'idiots vous n'êtes même pas capable de faire la différence entre

un système et les abus de ce système 2° Prétendre faire interner

les gens qui ne partagent pas votre petit point de vue personnel

relève du stalinisme et du fascisme "

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Jean-Pierre BACQUET (mercredi, 02 janvier 2019 00:24)

    Vous avez parfaitement raison d'insister sur le fait que ce n'est pas "la tutelle" qui doit être mise en cause, mais ses disfonctionnements par suite du non respect par les tuteurs de leurs obligations.
    Par exemple, l'article 510 de notre Code Civil, fait obligation aux tuteurs de déposer une copie des comptes de tutelle AVEC les pièces justificatives, chaque année au Greffe du Tribunal et d'en remettre une copie AVEC les pièces justificatives au "protégé" ...
    Les "protégés" (... ainsi que ceux qui tentent de les aider ...) savent bien que cette obligation EST RAREMENT respectés par les tuteurs ...
    ET C'EST NORMAL puisqu'aucune sanction n'est jamais prononcée à l'encontre des tuteurs !
    Il suffit de transposer ce point en faisant une comparaison avec les radars ... Il est évident que si les infractions pour excès de vitesse constatés par les radars n'étaient pas sanctionnées par des amendes financières, de nombreux automobilistes feraient "un bras d'honneur" en passant, en infraction, devant les radars.
    Personnellement je ne suis pas d'accord avec ceux qui critiquent TOUS les acteurs de la tutelle. Je pense que la Justice ne dispose pas des moyens nécessaires pour effectuer les contrôles indispensables et que les Juges et Greffiers sont débordés ... Mais je suis persuadé que si un Décret d'application était pris pour reellemrment sanctionner les MJPM qui ne respectent pas leurs obligations, le système de la tutelle pourrait mieux fonctionner.

  • #2

    Jean-Pierre BACQUET à MARSEILLE (mercredi, 02 janvier 2019 00:39)

    Si ce tuteur avait un peu plus de respect envers les personnes qu'il prétend "protéger", par exemple en observant la " Charte des Droits et Libertés de la Personne Majeure Protégée" le système de la tutelle pourrait mieux fonctionner.
    Mais trop de tuteurs agissent en abusant de pouvoirs qu'ils n'ont pas et n'hésitent pas à
    abuser de maltraitances (qui ne sont pas toujours QUE verbales !)
    Je me permets de rappeler que la Loi fait OBLIGATION à tout citoyen de signaler aux autorités les maltraitances dont ils ont connaissance.

  • #3

    Admin (mercredi, 02 janvier 2019 01:21)

    Jean-Pierre Bacquet, je partage votre analyse à 100%

  • #4

    daniel.pisters@telenet.be (mercredi, 02 janvier 2019 03:11)

    Je viens de lire tout cela. Monsieur Bacquet parle avec bon sens, selon le bon sens. Quant à ce qu’il parle avec intelligence, je ne puis le penser que dans la mesure où il n’a rien écrit jusqu’à présent qui soit stupide.

    Il est trop tard pour le bon sens, le non-sens a pris dans le domaine des tutelles en particulier, une telle ampleur que le bon sens est presque synonyme d'impuissance.

    Le bon sens est déjà battu sur ce terrain comme sur bien d'autres. Donc, je ne devrais peut-être pas parler des tutelles "en particulier" puisqu’elles ne manifesteraient qu’une tendance au non-sens généralisé, universalisé, pourtant je le fais et ne sais que trop bien pourquoi et m'en suis déjà expliqué par ailleurs.

    Les argumentations aimables, les compromis à l'amiable, les concessions, les églises au milieu du village et l’eau dans le vin relèvent d’une approche diplomatique préalable à la guerre. La diplomatie n’a pas marché. Alors, il faut passer à la guerre. Celle-ci, selon Churchill, serait une continuation de la diplomatie par d’autres moyens. Un autre (et je ne me souviens plus qui à l’instant) et plus radical : la diplomatie n’est rien sans la guerre (on pourrait prêter ce propos à Napoléon). En effet, la diplomatie est censément un moyen de prévention de la guerre. En théorie. Dans la pratique, la diplomatie n’est faite que pour provoquer la guerre ou pour permettre de la mener à moindre frais. La diplomatie n’existerait donc pas sans la guerre, qui la justifie. Les guerriers de salon que sont les diplomates font pourtant œuvre guerrière plus que de pacification, car ils montrent les dents avec de beaux sourires pour dissuader l’adversaire. Ce qui signifie donc que la diplomation n’est pas qu’un moyen de prévention de la guerre, mais un moyen de faire peur à l’adversaire, ce qui est déjà ça de gagné sur le champ de bataille qui est très souhaité. L’adversaire va réagir comme quelqu’un qui a peur, perdre le contrôle, mal organiser ses défenses pour se lancer dans une attaque inconsidérée devant l’urgence de la menace.

    Les tentatives de reconnaître une utilité humaniste et non pas seulement utilitariste dans le plus mauvais sens du terme, au système tutélaire, sont vaines, vouées à l'échec. L’ennemi a été trop loin, il a depuis longtemps dépassé les frontières. Et nous en sommes déjà réduits à nous confiner dans le rôle du collaborateur vaincu par l’occupant. Pas mal de collaborateurs étaient réalistes à cet égard. Allons-nous collaborer avant même d’avoir été vaincus ?
    Toute forme d’accommodement intellectuelle, idéologique par rapport au système des tutelles se ramène à de la Collaboration devant un adversaire qui n’est même pas encore vainqueur, ce qui dépasse de loin la lâcheté de la plupart des collaborateurs sous la botte de l’Occupant.

    Ne confondons pas tout. Il est des collaborateurs qui ne sont jamais sentis vaincus par le Teuton, nazifié ou non. Ces collabos assez idéalistes (dans le sens pervers du terme, si cela peut vous faire plaisir en vous rassurant) avaient pour idéale de vaincre la pourriture en France, la gabegie politique qui est une des causes de l’impréparation militaire, et il est de fortes chances pour que certains d’entre eux, sinon la plupart, se seraient férocement opposés au système tutélaire, s’ils avaient eu la malchance de connaître cette Horreur en même temps que celles de leur époque.

    Ces collabos ne sont donc pas des collabos au sens vulgaire du mot car, venant souvent du Feu des tranchées, ils haïssaient les politiciens français en voyant ce qu’ils avaient fait de la France qu’ils s’estimaient avoir sauvée et voyaient dans le Teuton un vieux camarade d’infortune qui pourrait se ranger de leur côté, cette fois, pour purifier la France, devenue leur principale ennemie par les pantins vermoulus qui la représentent. C’est évidemment naïf.

    Je peux vous parler de la Collaboration pendant longtemps, de Vichy même, de Céline, mais cela nous éloigne de nos moutons. Je me contenterai de répéter que toute accommodement par rapport aux juges des tutelles et tuteurs ferait de vous un collaborateur avant même que ce ne soit nécessaire. Une double honte donc !

    Et si nous perdons la guerre, il y aura encore moins de raison de collaborer avec le vainqueur que s’il était seulement nazi.

  • #5

    Philippe chevrel (mercredi, 02 janvier 2019 07:25)

    La clé pour résoudre les problèmes des tutelles. Je vous rappelle que les gens qui représente la justice de la République ont prêtés cerment. De bienveillance et de respect des droits des personnes. Alors ; qu'est ce qu'on attend pour leurs rappeller et les faire payer pour leurs agicements irresponsables et corrompus. 1/Qu'on nomme un tribunal fait de sages citoyens pour noter et juger ces hommes de lois et leurs tribunaux et les faire payer pour le mal et les abus
    2/ Que l'on remplace les tribunaux et les hommes de lois par des logiciels pré programmés, afin d'assurer une justice équitable et rapide dans le respect des droits des personnes et des droits de l'homme en application des articles et lois de la République.

  • #6

    daniel.pisters@telenet.be (mercredi, 02 janvier 2019 10:41)

    Votre idée de tribunal de sages. Pardonnez-moi cet humour, mais j'y vois plutôt un tribunal des singes. Quant aux logiciels juridiques, j'ai déjà émis mes réserves.

  • #7

    eowyn123 (jeudi, 10 janvier 2019 17:56)

    Voici 4 des 7 abus mentionnés dans ma lettre à la juge de curatelle en Suisse:
    Abus 1:
    La maison de retraite de ma mère, sourde, lui met de la musique “palliative” alors qu’on ne lui met plus ses appareils acoustiques. Cette énième prédation palliativo-musicale à la dignité de ma mère est inutile mais source de revenus juteux pour la curatelle.

    Abus 2:
    Par son émail d’été 2018, le dir. de l’EMS Jojo Orwell* a prétendu connaître la volonté de ma mère selon quoi elle ne voudrait pas ses appareils acoustiques. Cela contredit la littérature des médecins sur les patients institutionnalisés frappés de démence en fin de vie: personne ne parvient à savoir ni le(s) souhait(s) des patients institutionnalisés, ni comment ils se sentent.

    Abus 3:
    Par votre courrier de fin décembre 2018, vous espériez que je recoure aux “services” de l’av. 3-Headed-Dog* pour qu’il vous prouve sa docilité. Or, vu 2 articles de presse, les avocats et les juges se surprotègent les uns les autres au détriment de leurs clients.
    Leur astuce? L’ex-bâtonnière Anthonella Cereghetti (qui est aussi a-v-o-c-a-t-e), le 19.6.2017, a dit à la presse, au journaliste Abdoulaye Ndiaye, au sujet de la gestion déloyale d’un curateur-avocat nommé Me D. (découvert plus tard comme étant Me Stéphane Ducret) qui a puisé dans le compte de sa pupille : « c’est un cas de nature exceptionnelle et rare. En plus de vingt ans de pratique, c’est la seconde fois que j’entends une histoire pareille. » Lien:
    http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Poursuivi-par-la-justice--l-avocat-est-suspendu-11726254. Titre de l’article: « Poursuivi d’office, l’avocat est suspendu. »

    Mais voilà que le 28.12.2018 apparaît un article dans la presse sur le détournement de 22 millions CHF d’argent publique par un comptable et un AUTRE DEUXIÈME avocat condamné pour “escroquerie par métier” et “instigation à gestion déloyale des intérêts publics”. Remarque: aucun nom n’est cité. Voici l’article: https://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Un-duo-aurait-escroque-2-millions-aux-HUG-26481387. Autre remarque: le lien dit “2-millions”, mais c’est 22 millions CHF. L’article n’explique pas pourquoi le comptable a écopé 2 ½ ans de prison ferme, alors que l’avocat seulement 10 mois de prison ferme. On ne sait pas non plus si la somme sera remboursée. Or, cet article du 28.12.2018 apparaît dix-huit mois après les dires recueillis le 19.6.2017 par le journaliste Citroni sur l’avocat-curateur vaudois radié du barreau, Me Ducret.

    Ah, deux (2) cas en 18 mois. Est-on vraiment bon, comme l’affirme l’ex-bâtonnière à la presse, pour n’avoir que 2 avocats malhonnêtes et non fiables pendant les prochains 20 ans? Ou un avocat pourri que tous les dix ans (20: 2 = 10 et 2:2 = 1)? Selon mon calcul, il y a un avocat DÉMASQUÉ qui commet des infractions tous les 9 mois, et non pas tous les 10 ans comme l’a prétendu l’ex-bâtonnière Cereghetti à la presse. Les avocates calculent différemment des mathématiciennes...